October
01
2019
Ashburnham 2019 en français

[Read this blog in English]

Depuis 22 ans, nous habitons en France, un pays que nous aimons énormément, mais qui est spirituellement aride et nécessiteux. Nous sommes donc venus à Ashburnham 2019 un peu secs, assoiffés et affamés. Dieu, bien sûr, ne nous a pas déçus! 
Nous nous sommes immergés dans la présence tangible de Dieu le Père, le Fils et le St Esprit pendant ces moments précieux passés ensemble en tant que famille New Ground/Newfrontiers, tout en profitant de ce 'miracle' de l'été britannique ! Les Africains qui sont venus avec nous avaient pensé qu'il pleuvait tout l'été au Royaume Uni!


Nous sommes régalés des rencontres avec, et de la proximité de Dieu pendant les moments de louange et d'adoration, qui étaient exubérants et profonds, et bien animés par l'équipe - un grand merci à toutes et à tous. Nous nous sommes délectés des messages encourageants, motivants et stimulants, qui ont fait trembler nos zones de confort : le fort accent écossais de Pete Anderson, mélangé avec les accents anglais de Terry, Dave & Phil, ont véhiculé simplement, mais efficacement, une exhortation à laisser le St Esprit nous remplir et œuvrer dans notre vie - le message des '4 roues' de Phil Moore m'a particulièrement interpellée.


Mon témoignage personnel, c'est que Dieu a doucement, mais fermement, souligné des domaines de ma vie qui avaient besoin d'être réglés, notamment une résistance à la repentance, et une réticence à sortir de mes zones de confort.

Je suis partie d'Ashburnham avec un nouvel appétit et une nouvelle vision pour continuer à marcher sur ces 'chemins peu empruntés', qui font partie de notre héritage Newfrontiers.
Je suis également partie avec une conviction de mon manque de connaissance biblique, et mon incapacité de me défendre efficacement avec l'armure de Dieu - avec son aide, je commence à faire des progrès.
L'œuvre des associations comme CAP (chrétiens contre la pauvreté), International Justice Mission, Jubilee+, Home for Good et Compassion nous ont provoqué à faire une différence de manière pratique - c'était très bien d'être exposés à ces applications pratiques de l'Évangile. Nous avons été touchés par la GRANDE différence qui peut être faite dans la vie des enfants et des adultes appauvris en donnant ne serait-ce qu'une petite somme (selon l'économie occidentale).


Le témoignage des héros de la foi Zimbabwéens nous a laissés bouche bée, et nous avons été interpellés par l'expérience des Gibbs, qui ont quitté leur pays à un âge 'plus mûr' - heureusement que Chris Taylor n'a pas notre numéro de téléphone ! Mais nous nous sentons quand même devant un défi vis-à-vis de notre avenir : l'histoire de Caleb est une des préférées de mon mari.
Le soir, c'était vraiment appréciable de traîner avec de vieux amis autour d'un verre de vin, un gin-Schweppes ou un chocolat chaud, selon votre préférence, ou tout simplement de s'imprégner de l'ambiance dynamique, sous un ciel sans nuages : la fin parfaite d'une journée parfaite.
Le seul regret, c'est que nous avions décidé de ne pas camper (oui, c'est vrai), et par conséquent, n'avons pas pu passer autant de temps qu'on aurait voulu avec notre famille de l'église. On a dû supporter par contre le logement hyper-confortable de la maison et le petit déjeuner anglais délicieux et calorifique.


L'offrande... eh bien, c'est là où la réalité vient nous bousculer, n'est-ce pas ? En tant que couple, nous avons une tradition un peu bizarre face aux offrandes : on compte '1, 2, 3', puis on prononce tous les deux au même temps un chiffre qui correspond à ce qu'il serait bien de donner - ensuite, on fait un chèque pour la somme la plus importante. C'est donc ce que nous avons fait : nous avons mis le chèque dans la boîte, sans réfléchir plus que ça. Le lendemain, notre vol retour de Gatwick a été retardé de 4 heures - embêtant, mais pas la fin du monde. Par contre, la compensation que nous avons reçue était deux fois la somme que nous avions mise dans l'offrande - merci Dieu (et EasyJet)!


Cette rentrée d'argent inattendue nous a permis de nous inscrire pour Le Festival, qui aura lieu l'été prochain à Montluçon, France. Pourquoi pas venir vous joindre avec les nations, et camper (oui, nous allons camper !) avec notre famille de l'église et la famille élargie New Ground/Newfrontiers ? Nous allons nous amuser, et Dieu sera avec nous alors que nous vivrons la réalité d'être 'plus ensemble que séparément'.